Sortir du Nucléaire Aubagne-La Ciotat

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 19 mai 2015

Présentation d'Enercoop à La Ciotat

Mardi 26 mai de 18h30 à 21h

A l'Accueillette des Capucins, 1 av. Georges Wilson, 13600 LA CIOTAT
(sur le front de mer, en face du port des Capucins et du Casino Les Flots Bleus)

Soirée d’information en présence d’un salarié d’Enercoop PACA. Pour mieux connaître Enercoop et souscrire à une offre d’électricité 100% renouvelable.

Contacts : info@sortirdunucleaire-est13.org François RENSCH 06 12 80 19 25


SDNEst13-20150526-Enercoop-LaCiotat-2.pdf

SDNEst13-20150526-Enercoop-LaCiotat-2.jpg

dimanche 26 avril 2015

Commémoration de la catastrophe de Tchernobyl

Il y a 29 ans l'accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl avait lieu.

Comme presque toutes les années les anti-nucléaires aubagnais ont décidé de commémorer cette catastrophe.
Cette année l'action présentait un caractère original : des panneaux qui écrivaient "centrales nucléaires" et qui devenaient "les cancers et la ruine". Idée trouvée sur la revue "sortir du nucléaire".

Les passants étaient intrigués mais réceptifs à ce message.
Une trentaine de personnes ont participé à l'action ce qui nous a permis de la répéter plusieurs fois !

P1060249.JPG

P1060250.JPG

P1060251.JPG

P1060252.JPG

P1060256.JPG

P1060259.JPG

P1060260.JPG

P1060261.JPG

P1060263.JPG

P1060262.JPG

P1060267.JPG

P1060271.JPG

dimanche 15 mars 2015

Chaine humaine à Cheval Blanc

Notre collectif assurait l'organisation de la chaine humaine au village de Cheval Blanc (à environ 5 km au sud de Cavaillon (84) ).
15 personnes avaient fait le déplacement depuis Aubagne et La Ciotat.
Malheureusement peu de personnes nous ont rejointes, 9 au total .... difficile d'organiser une chaine jusqu'à Cavaillon mais une mini-chaine a parcouru une centaine de mètres et a occupé un rond-point.

Distribution de tracts, panneaux, drapeaux, banderoles, l'animation était présente.

Au total près de 1000 personnes mobilisées pour commémorer la catastrophe de Fukushima entre Tricastin et Cadarache.

P1050448.JPG
P1050449.JPG
P1050452.JPG
P1050453.JPG
P1050455.JPG
P1050456.JPG
P1050460.JPG
P1050462.JPG
P1050463.JPG
P1050465.JPG
P1050466.JPG
P1050468.JPG
P1050473.JPG

mercredi 11 mars 2015

Chaine humaine 14 mars

Fukushima : la catastrophe dure depuis quatre ans maintenant

Cela fait maintenant quatre ans que la catastrophe de Fukushima a commencé. Quatre ans que la centrale rejette de l’eau contaminée dans le Pacifique. Quatre ans que des particules radioactives pour des siècles sont présentes dans les sols, les champs et les rizières, en dépit d’une illusoire décontamination. Quatre ans qu’une partie des enfants se rendent à l’école en portant des dosimètres. D’ores et déjà, sur les 370 000 enfants et jeunes de la préfecture de Fukushima, 87 ont développé un cancer de la thyroïde, une maladie rarissime en conditions normales… sans compter les autres pathologies qui n’ont pas fait l’objet d’un dépistage.

Quatre ans que perdurent le déni et l’inaction des pouvoirs publics. Non contentes de refuser l’évacuation des plus vulnérables, les autorités souhaitent relancer les réacteurs arrêtés !

Fukushima, demain chez nous ?

Tout comme la catastrophe de Tchernobyl, Fukushima apporte la démonstration qu’un accident nucléaire est ingérable et que ses conséquences impactent un pays pour des siècles. Au vu du refus des autorités de fermer les réacteurs vieillissants et des tergiversations sur la fermeture de Fessenheim, notre pays souhaite-t-il être le prochain sur la liste ?

Le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle la population à refuser la catastrophe qui attend la France, au vu du vieillissement du parc nucléaire, si rien n’est fait pour arrêter les réacteurs. Pour dénoncer l’aveuglement des autorités face au risque, des visuels évoquant l’accident et les enfants victimes de la catastrophe de Fukushima ont été projetés cette nuit à Paris sur les façades du Ministère de l’environnement, de l’ambassade du Japon et d’une agence EDF, accompagnés du message "Fukushima, demain chez nous ?".

En solidarité avec le peuple japonais, et pour appeler à une sortie du nucléaire dans le monde entier, de nombreuses actions sont prévues partout en France autour de ce 11 mars, jour anniversaire de la catastrophe (Convergence pour la fermeture de Fessenheim à Strasbourg le 7 mars, chaîne humaine entre Marcoule et Tricastin le 14 mars…).

Notre collectif animera un stand d'information au village de Cheval-blanc lors de la chaine humaine Tricastin-Cadarache du 14 mars.

vendredi 30 janvier 2015

Chaine humaine 31 janvier Marseille 14h Vieux Port

Communiqué de presse de la chaîne humaine du 31/01/2015 – 14h à Marseille

Pour la transition énergétique sans nucléaire

Bouleversés par la catastrophe de Fukushima du 11/03/2011 et les cruelles suites sanitaires nous, habitants de la vallée du Rhône particulièrement « équipée » en centrales nucléaires, avons voulu réagir. En 2012 nous avons créé une association qui s’appelle « Réactions en chaîne humaine ». Nous sommes aussi à l’origine de la grande chaîne humaine dans la vallée du Rhône le 11/03/2012. Notre projet est d’interpeller chaque citoyen et lui proposer de se joindre à nous pour faire La chaîne humaine Samedi le 31/01/2015 – 14 h à Marseille au Vieux Port sous l’Ombrière

Pour la transition énergétique sans Nucléaire

Pour annoncer : le 14/03/2015 à 14h00 aura lieu une chaîne humaine entre Tricastin-Marcoule et Cadarache.

Pour dire OUI pour une transition énergétique sans nucléaire, nous ne voulons pas subir ce que vivent les Japonais, les habitants de Three Mile Island et les Ukrainiens depuis 25 ans.

Pendant sa campagne électorale en 2012, le Président de la république française, François Hollande a affirmé qu’il fermerait la centrale de Fessenheim en 2016. A l’heure actuelle nous pensons fortement que la promesse ne sera pas tenue. En cas de graves problèmes, l’Europe subirait de plein fouet ce drame. Fessenheim est l’un des cinq plus dangereux sites nucléaires en France classé par Greenpeace, avec Tricastin, Blayais, Graveline, Bugey. Il est temps, que notre gouvernement prenne ses responsabilités et ferme cette centrale qui fait partie des cinq centrales de plus de trente ans en France.

Mais non : l’État avait pris la décision de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires. Pour l’instant, le Ministre de l’Économie dément que la décision ait été prise mais confirme que ce choix est discuté à la demande d’EDF. Plus grave : cette décision interviendrait quelques mois seulement après le Débat National sur la Transition Énergétique (DNTE), qui avait exclu du débat la question du nucléaire. Aujourd’hui, et sans que les citoyens n’aient été une seule fois concerté, le gouvernement déciderait donc unilatéralement de prolonger la durée de vie du parc français pour gagner le temps de construire des nouveaux centrales. EDF a aussi annoncé son ambition de relever le taux moyen de disponibilité du parc nucléaire : une décision qui va accroître encore plus la pression exercée sur les salarié-e-s et sous-traitants du nucléaire, et fragiliser en cela la sécurité des centrales. Tricastin accueille la plus importante concentration d’industries nucléaires et chimiques de France

C’est le site nucléaire le plus étendu de France devant l’usine de retraitement de La Hague. Le site regroupe de nombreuses activités liées à la fabrication et l’exploitation du combustible nucléaire. Ayant dépassée les trente années de fonctionnement depuis 2010, les quatre réacteurs du Tricastin cumulent de nombreux risques d’accidents nucléaires (inondation, tremblement de terre, usure des composants du réacteur, utilisation à outrance d’un personnel sous-traitant…). Le démontage de l’usine d’enrichissement de l’uranium Georges Besse 1 va provoquer de nombreuses pollutions s’ajoutant à celles provoquées par les fuites de tritium dans la nappe phréatique et dans le Rhône.

Venez avec nous pour dire STOP A TRICASTIN et oui à l’Arrêt du nucléaire.

ASTRID Marcoule

Pour le lobby du nucléaire, l’avenir n’est limité ni par les risques pour les populations, ni par l’accumulation des déchets, comme on aurait pu l’espérer, mais tout simplement par la raréfaction de l’uranium et les difficultés de son exploitation. Deux voies sont ainsi explorées pour assurer la relève des réacteurs actuels: - La filière du plutonium d’une part, à travers le projet Astrid dont la construction à Marcoule a déjà été décidée, et qui succède à Phénix et Superphénix. Astrid est un prototype de réacteur appelé indifféremment « réacteur à neutrons rapides » (RNR), « réacteur de 4ème génération » ou encore « surgénérateur » dont la caractéristique principale est d’utiliser le plutonium, l’élément le plus dangereux issu de l’industrie nucléaire, et le sodium comme fluide caloporteur, sodium qui s’enflamme au contact de l’air et explose au contact de l’eau ! Cette filière est, de ce fait, excessivement dangereuse dans tout son cycle. Malgré sa dangerosité, du plutonium est actuellement introduit dans des combustibles de nos réacteurs à eau : il s’agit du MOX élaboré également à Marcoule. Un petit rappel historique : le 31 juillet 1977, une manifestation de 60 000 personnes a eu lieu contre le surgénérateur Superphénix (réacteur à neutron rapide comme Astrid) pour dire NON.

Rejoignez nous pour arrêter le projet Astrid.

ITER à Cadarache

ITER est un projet expérimental sur la fusion. Le réacteur est en cours de construction à Cadarache. Cette installation de recherche tentera de recréer la réaction du soleil et de maîtriser cette réaction pour produire de l’électricité. ITER va coûter au minimum16 milliards d’euros : un fantasme incontrôlable, un projet illusoire et dangereux pour l’environnement. Avec ces 16 milliards d’euros, il pourrait y avoir le développement d’énergies renouvelables, de quoi financer les projets d’économie d’énergie et de création d’emplois malgré la crise. Main dans la main pour arrêter ITER. MOINS DE GAZ à effet de serre, avec moins d’énergie nucléaire L’Allemagne pourrait réduire de 40% ses émissions d’ici 2020 alors que la directive européenne sur le climat ne l’oblige qu’à un objectif de 20% par rapport à 2005. Avec une croissance du PIB de 2%, la République Fédérale a malgré tout constaté une stabilité des émissions du secteur industriel et surtout une baisse de 3 millions de tonnes du secteur de l’énergie, attribuée en grande partie par l’agence à la part croissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique national et d’économie d’énergie important.

OUI pour une transition énergétique sans nucléaire !
Nous comptons sur vous ! Rejoignez nous ! Ensemble main dans la main pour une vraie transition énergétique et pour l’avenir de nos enfants.

Grande Chaîne humaine le 14 mars 2015 à 14h Tricastin-Marcoule–Cadarache sur 134 km

Pour plus de renseignements : Chaine humaine

- page 4 de 10 -