La cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville était défectueuse avant même que le décret d'autorisation ne soit publié en 2007. Elle risque de se fissurer au premier choc thermique et d'entraîner une catastrophe.

AREVA, EDF, l'Autorité de Sûreté Nucléaire ont attendu avril 2015 pour le révéler, après que la cuve eut été installée dans le bâtiment-réacteur, d'où elle ne peut être ressortie. Le gouvernement doit donner sa décision en octobre 2017 pour la cuve. Le coût de ce chantier a triplé pour dépasser les 10 milliards d'euros. Au lieu de mettre fin au désastre, le gouvernement de M Cazeneuve l'a prolongé de 3 ans en mars 2017. C'est pourquoi 3 recours et une plainte ont été déposés par les associations pour que la démocratie soit respectée, les falsifications sanctionnées et que cesse ce chantier à marche forcée.

Nos gouvernants tentent par un coup de poker de sauvegarder « la grandeur de la France nucléaire » et d'assurer à l'EPR un débouché sur la scène du commerce international. La fermeture de la vieille centrale de Fessenheim est maintenant conditionnée à la mise en service de l'EPR. Tout cela bien sûr, à n'importe quel prix : celui d'y sacrifier notre sécurité, notre santé, notre porte-monnaie, notre avenir.
Aussi, mobilisons-nous pour l'abandon de ce chantier désastreux.

Signons la pétition pour refuser la validation de la cuve !

Créons localement des comités Stop EPR

Soyons nombreux à St Lô place de la mairie samedi 30 septembre 2017 à 14 h 30

Toutes les infos sur le site www.can-ouest.org
https://www.facebook.com/can.ouest/ https://twitter.com/canouest

Cuve_EPR_illus_L._Vanhelle__.jpg